Pharmaceuticals

Gynécologie

Grande expérience en matière de santé de la femme

La grande expérience de Bayer dans le domaine de la recherche sur les hormones remonte aux années 1920. Elle a jeté les bases du développement de nombreuses innovations. La première préparation œstrogénique au monde destinée au traitement des troubles de la ménopause a déjà pu être proposée en 1928. La première préparation progestative destinée à la prévention des fausses couches est arrivée sur le marché en 1933. Et en 1961, la première pilule contraceptive a été commercialisée en Europe. Depuis, Bayer HealthCare Pharmaceuticals n’a cessé d’améliorer les soins de santé de la femme, en développant des produits gynécologiques innovants.

 

Contraception: planning familial fiable

image

 

Il existe aujourd’hui un grand nombre de méthodes contraceptives fiables. Il est donc très important de disposer d’informations détaillées sur les différentes méthodes contraceptives. Selon la période de la vie dans laquelle on se trouve, certaines méthodes sont plus appropriées que d’autres. Le cas échéant, certaines méthodes doivent même être évitées. Le conseil professionnel compétent d’un médecin aide à choisir la méthode contraceptive la mieux adaptée à chaque femme.

 

Contraception hormonale

La possibilité de décider consciemment d’avoir ou non des enfants et ce, quand on le souhaite, a énormément renforcé le rôle de la femme dans la société. Grâce aux contraceptifs hormonaux modernes, les couples peuvent aujourd’hui planifier la naissance de leurs enfants avec fiabilité et jouir de leur sexualité sans crainte d’une grossesse non désirée.

 

Les contraceptifs hormonaux contiennent des hormones agissant de la même manière que les hormones sexuelles naturelles qui sont synthétisées dans le corps de la femme. Il existe plusieurs méthodes contraceptives hormonales différentes, dont les pilules, les stérilets hormonaux, les patchs contraceptifs, les anneaux vaginaux, les implants et les préparations injectables.

 

Tous les contraceptifs hormonaux sont soumis à ordonnance et doivent être prescrits par un médecin. Un entretien de conseil avec le/la gynécologue permet de déterminer et de prescrire la forme de contraception (hormonale) la plus adaptée à chaque femme. Plusieurs facteurs importants sont pris en compte lors du choix: l’âge de la femme, son état de santé général, ses antécédents médicaux personnels et familiaux, ses conditions de vie actuelles, ses préférences personnelles et enfin et surtout ses attentes à l’égard du contraceptif choisi. Lors de la prescription de contraceptifs hormonaux, il convient de prendre en considération les risques et les effets secondaires possibles (thromboses, par exemple) et de les peser par rapport au bénéfice du traitement.

 

Contraception sans hormones et contraception naturelle

Les méthodes de contraception sans hormones reposent sur différents modes d’action. L’un d’entre eux est la réaction locale aux corps étrangers qui d’une part, réduit la mobilité et la durée de vie des spermatozoïdes et d’autre part, inhibe le transport de l’ovule dans l’utérus et la nidation de l’ovule fécondé.

 

Les méthodes mécaniques ou méthodes barrières ont un autre mode d’action: elles forment une barrière pour les spermatozoïdes de différentes manières. Ainsi, les spermatozoïdes ne parviennent pas à l’ovule apte à être fécondé.

 

La contraception dite naturelle se base sur le cycle de la femme. Les jours fertiles et non fertiles du cycle sont déterminés à l’aide de la température corporelle et/ou de la modification de la structure de la glaire vaginale. Ces méthodes demandent une très grande discipline et n’offrent qu’une fiabilité faible à moyenne.

 

Pour de plus amples informations sur le cycle féminin et les différentes méthodes contraceptives, consultez ce site Web sur la contraception.

 

Endométriose: tissu égaré

image

 

L’état d’urgence règne parfois dans le corps de la femme: une fois par mois – ou plus souvent – environ 190 000 femmes souffrent en Suisse de douleurs violentes dans le bas ventre. Des saignements prolongés, voire des nausées et un évanouissement affectent leur vie quotidienne. La cause: une endométriose, une maladie hormonale d’origine inflammatoire provoquée par la localisation anormale d’un tissu semblable à la muqueuse utérine. Les douleurs sont souvent chroniques et créent des problèmes lors des rapports sexuels, de la miction et de la défécation. Trop souvent, l’endométriose est à l’origine d’un désir d’enfant inassouvi.

 

Même si environ 10% des femmes en âge de procréer souffrent d’endométriose, le diagnostic n’est posé qu’après plusieurs années dans de nombreux cas: jusqu’à dix ans peuvent s’écouler entre la première apparition des troubles et le diagnostic. «Contrairement à des maladies comparables dans lesquelles la douleur est également le principal symptôme, l’endométriose n’est pas encore suffisamment connue dans la société, ce qui contribue au diagnostic tardif et à un long calvaire pour les patientes» déclare le Dr Thomas M. Zollner, directeur du Département de recherche sur les traitements gynécologiques chez Bayer. «Les symptômes ne sont souvent pas pris au sérieux et sont attribués à des troubles menstruels tout à fait normaux. Ceci constitue un fardeau psychique supplémentaire pour ces femmes», explique ce médecin. Car les femmes atteintes d’endométriose doivent savoir de quoi elles souffrent avant de pouvoir envisager un traitement approprié.

 

Pour de plus amples informations sur l’endométriose, consultez ce site Web.

 

 

PP-OTH-CH-0074-1 2010